LE TERRITOIRE

Le Grand Rovaltain forme un triangle composé par les bassins de Valence-Crussol, Romans-Bourg-de-Péage et de Tain-Tournon qui se trouve aujourd’hui dans la construction d’une identité commune. A cheval sur deux départements, les regroupements récents d’EPCI lui donne corps au fur et à mesure. Aujourd’hui, à travers le schéma de cohérence territoriale, Arche Agglo, Rhône Crussol et Valence Romans Agglo se projettent dans un avenir commun. Avec ses 108 communes regroupées en 3 EPCI (la Communauté d’Agglomération ARCHE AGGLO, la Communauté d’agglomération Valence Romans Agglo, et la Communauté de communes Rhône Crussol), accueillant 315 000 habitants sur 1 650 km², le Grand Rovaltain est un pôle d’équilibre au sud-est d'Auvergne Rhône-Alpes grâce à son dynamisme économique, son bassin d’emplois et son large éventail de services et d’équipements qui rayonnent sur les deux départements de Drôme et d’Ardèche ainsi que sur le sud de la vallée de l’Isère. Il mêle plaines, plateaux, vallées et coteaux et recèle de nombreux espaces naturels dont les principales caractéristiques sont leur variété et leur proximité avec des sites d’occupation humaine en évolution.

 

 

Les 108 communes du Grand Rovaltain

Les 3 EPCI du Grand Rovaltain

Paysages

IDENTITE ET ATTRACTIVITE

Le Grand Rovaltain s’appuie sur des secteurs économiques d’excellence en particulier son agriculture diversifiée et productive et comptant nombreux signes de qualité ainsi qu’une des plus fortes présences de l’agriculture biologique. Un vaste secteur agroalimentaire diversifié et comptant des entreprises au rayonnement national et international est déployé sur l’ensemble du territoire. Par ailleurs, celui-ci est fortement marqué par des entreprises innovantes en robotique-automatismes, électronique, énergie, la recherche appliquée avec la plateforme Ecotox ou encore les services liés au numérique et à la billettique.

Des secteurs industriels tels que l’aéronautique ou la plasturgie contribuent au maintien et au développement d’emplois qualifiés ou peu qualifiés.  Des savoir-faire particuliers comme ceux regroupés dans le Pôle Image, le luxe (cuir, bijouterie) ou encore de nouveaux modes de production organisés autour de filières courtes ou de l’économie solidaire contribuent à la spécificité et au rayonnement du Grand Rovaltain. Plusieurs pôles de compétitivité ou clusters appuient le développement de l’innovation et le lien avec la recherche pour ces secteurs stratégiques : Tenerrdis, Minalogic, Plastipolis, Imaginove, Axelera, Trimatec, organiscs-cluster, …

Florilège des marques et appellations du Grand Rovaltain

Le territoire dispose pour son développement d’un potentiel de zones d’activités à court et moyen termes de près de 500 ha à horizon 2040 dont les deux pôles d’envergure régionale de Valence TGV (recherche, innovation, tertiaire) et de la Motte (logistique polymodale).

L’enseignement supérieur avec près de 10000 étudiants constitue le premier pôle universitaire délocalisé de France en termes d'effectifs et de formations proposées. En plus d’une offre de diplômes d’excellence, il s’agit d’un pôle de proximité permettant de répondre aux besoins des populations moins favorisées en particulier de la Drôme et de l’Ardèche grâce à des formations adaptées aux besoins de l’économie locale.  

On y trouve de grandes infrastructures de communication telles que la gare TGV ou encore deux autoroutes, qui structurent ce bassin tout comme le port de Valence/Portes-lès-Valence. Le territoire est traversé par deux cours d'eau importants : le Rhône et l'Isère.

Organisé autour des trois pôles que sont Valence, Romans/Bourg-de-Péage et Tain/Tournon, le territoire est reconnu pour sa qualité de vie : un cadre paysager remarquable, de nombreuses spécialités agricoles (avec neuf AOC et une forte présence de l’agriculture biologique), de nombreux services, éducatifs en particulier : Valence est le premier pôle universitaire décentralisé de France…

Point de vue : Un territoire singulier  - Didier Locatelli

LE SCOT : COLONNE VERTEBRALE DU GRAND ROVALTAIN

Le Schéma de cohérence territoriale (SCoT) oriente, organise et anime le développement et l’aménagement des trois bassins de vie du Grand Rovaltain : urbanisme, habitat, mobilité, maîtrise de la consommation foncière, formes urbaines, zones d’activité économique, urbanisme commercial, infrastructures, continuités écologiques.

Il traduit un projet de développement équilibré et partagé pour l’aménagement durable de l’ensemble des communes du Grand Rovaltain. Porté par le syndicat mixte du SCoT, il est en vigueur depuis le 17 janvier 2017. Il est actuellement en cours d’évaluation comme le prescrit la loi.

Le SCoT c’est à la fois une démarche politique et un outil de planification qui prend la forme d’un document d’urbanisme dont le contenu, les objectifs et la portée sont définis par le code de l’urbanisme.

Il est le premier garant de la cohérence des politiques publiques dans le domaine de l’urbanisme et de l’aménagement du territoire à l’échelle des trois intercommunalités (EPCI) qui composent le Grand Rovaltain. C’est un schéma hybride avec une approche à la fois prospective et de planification territoriale, qui s’inscrit dans une temporalité atypique : conçu pour le temps long 20/25 ans.

Il permet à l'échelle du bassin de vie, d'encadrer et coordonner les plans locaux d'urbanisme ainsi que les programmes locaux de l’habitat, les plans de déplacements urbains, les plans climat air énergie. Il met en perspective et en cohérence – spatiale et temporelle - un large bouquet de politique sectorielles souvent déconnectées les unes des autres : politique de sobriété foncière du territoire, facilitation de l’adoption de formes d'urbanisation, développement conformes aux attentes des habitants, respectueuses du patrimoine, des ressources naturelles, des paysages tout en permettant la création de valeur, la croissance des activités économiques et le développement harmonieux et cohérent du Grand Rovaltain.

Pour vivre et se développer dès aujourd’hui dans un cadre de vie de qualité et attractif, le SCoT organise la maîtrise de la consommation foncière. Le SCoT c’est aussi la protection des espaces agricoles et naturels, la protection et restauration de la trame verte et bleue pour le maintien de la biodiversité et la qualité de vie, un développement économique ambitieux et bien réparti, un habitat pour tous , une mobilité efficace et des modes de déplacements adaptés aux besoins des habitants, des entreprises, des mesures pour la qualité de l’air, la santé et la transition énergétique, la protection et la valorisation de nos paysages et de la diversité du patrimoine commun.

Point de vue : Fabrique de territoire - Lionel BRARD